BIOGRAPHIE

Danielle Martinigol est née en 1949 à Meursault en Côte-d’Or, en pleine période des vendanges. Dès ce jour, elle sembla prédestinée à vivre dans les grands crus ! Son père, d’origine corrézienne mais né à Nuits-Saint-Georges était commercial et lecteur de romans policiers. Sa mère, née à Meursault, était passionnée de musique et une remarquable interprète de Chopin sur son piano Pleyel.

Danielle fut élève à Beaune (collège et lycée) puis étudiante à Dijon où elle obtint un diplôme d’Études Approfondies sur les littératures de l’imaginaire (bac+5). Elle se dit très fière d’avoir été la première étudiante dijonnaise à travailler uniquement sur la science-fiction.
Suite à un job d’été comme monitrice de colonie de vacances, elle découvre qu’elle adore s’occuper des jeunes. Elle devient donc professeur auxiliaire de français, ce qui lui vaut d’enseigner dans 17 établissements différents de la 6e au B.T.S. dans l’académie de Dijon pendant 7 ans. Son premier mari l’entraine avec lui en région parisienne où elle reprend ses voyages de collèges en lycées jusqu’à sa titularisation en 1992.

Après 18 ans dans l’Essonne, où naissent et grandissent ses deux enfants, elle repart vers la Bourgogne et plus précisément vers le Beaujolais avec son second mari. Ils enseignent tous les deux à Mâcon et Danielle prend une retraite méritée fin 2009.


Un jour qu’elle cherchait un roman de science-fiction jeunesse à faire lire à ses élèves, aux environs de 1988, elle se dit que la meilleure solution serait de l’écrire elle-même ! Sa fille avait alors 10 ans et fut du coup sa première lectrice. Grâce aux encouragements de sa famille, elle se décida à envoyer le manuscrit chez Hachette. Le directeur de la collection du Livre de Poche Jeunesse se révéla intéressé par le livre mais reprocha au roman — L’Or bleu — d’être trop sentimental. Danielle lui objecta qu’elle avait fait exprès d’écrire un roman de SF qui soit en même temps un roman d’amour pour plaire aussi aux filles ! Elle, qui lisait de la science-fiction dès l’âge de 11 ans grâce aux livres de son grand-père maternel, un inventeur, regrettait toujours qu’il n’y ait pas d’histoire d’amour dans ces aventures du futur au contraire des romans sentimentaux que lisaient sa mère et ses tantes et qu’elle dévorait aussi, bien sûr.

Tous les livres publiés par Danielle répondent à ce besoin impérieux de son adolescence : imaginer des histoires d’amour pimentées d’aventures qui se passent ailleurs : Amour, Aventure, Ailleurs, la fameuse règle des trois A si chère à notre écrivaine passionnée !

Le directeur de la collection du Livre de Poche Jeunesse, conquis par la fougue de l’autrice de L’Or bleu, décida de donner sa chance à Danielle. Mais elle avait encore UNE exigence : que son prénom figure en entier sur la couverture. Elle voulait que tout le monde puisse constater que c’était une femme qui publiait de la S.F ce qui était encore assez rare en 1989. Ce qui fut dit fut fait et l’Or bleu s’envola vers le succès.
Beaucoup d’autres romans ont suivi. Toujours écrits avec la même envie : distraire, dépayser et faire réfléchir sur le devenir de la Terre. Les Oubliés de Vulcain et Les Abîmes d’Autremer couronnèrent la carrière de Danielle de nombreux prix littéraires.

Aujourd’hui, elle travaille sur un roman pour adultes. Elle dit en riant :

— J’ai vieilli, mes lecteurs aussi. J’ai envie de leur offrir une histoire pour continuer à les distraire. Même si les années ont passé, le futur est toujours là, au bout de mes doigts sur mon clavier, pour des aventures et de l’amour ! C’est juste un peu plus compliqué et un peu plus long.

Et les jeunes ? Après 50 romans pour eux en solo ou en collaboration, est-ce fini ? Bien sûr que non ! Il y a encore beaucoup à faire pour préserver l’équilibre de notre Terre et des autres mondes ! Les idées foisonneront toujours dans l’imagination de Danielle. Et il n’y aurait rien de surprenant à ce que nous retrouvions bientôt en libraire jeunesse une nouvelle aventure d’ailleurs et d’amour !